Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Série    
 

Arcadia

Fabrice COLIN

 
    Omnibus    
(omn) /    Arcadia - l'Intégrale
 
    Volumes de la série    
1 /    Vestiges d'Arcadia
2 /    La Musique du sommeil

    Critiques    
     Arcadia est une copie onirique de notre monde ; c'est l'endroit où survivent les morts dont on continue à se souvenir. Le premier postulat du livre de Colin est que les artistes en tout genre y ont une durée de vie bien supérieure à celle du reste de l'humanité car nous continuons à nous souvenir d'eux à travers leurs œuvres. Arcadia — qui se présente comme une copie compacte du Londres de l'époque victorienne — est donc majoritairement peuplé d'artistes : on y croise Lewis Carroll ou Lord Tennyson, mais aussi une bonne partie du groupe des Préraphaélites comme Dante Rossetti ou Swinburne, sans oublier l'ombre du poète Keats, trop tôt disparu.

     En parallèle, la Terre du XXIIe siècle est en train de mourir en jetant ses derniers feux. Les eaux montent, la quasi-totalité de l'espèce humaine a disparu — sans qu'une explication soit véritablement donnée à cette disparition. Les survivants hantent les villes envahies par les eaux, ce qui nous vaut d'hallucinantes descriptions d'un Paris post-apocalyptique. Parmi eux, quatre adolescents qui pillent les musées pour se fabriquer un décor à la mesure de leur spleen. Mais que faire lorsque l'univers s'écroule, sinon chercher un moyen de tout remettre en route ?

     Comme souvent dans ce type d'ouvrage en deux parties, le premier tome pose les décors, introduit les personnages et met en place les tensions, par l'intermédiaire de plusieurs lignes narratives distinctes. Cela lui donne un aspect un peu éclaté — dans le bon sens du terme car Colin maîtrise fort bien les glissements d'un univers à l'autre et les parallèles symboliques entre les situations. Un certain nombre de pistes se dessinent. On voit passer le fantôme du Hollandais volant, on entend le chant d'Escalibur. Et, pour sauver la reine d'Arcadia enlevée par le destructeur du monde, une poignée d'artistes s'improvisent chevaliers.

     Le deuxième tome se concentre sur la ligne narrative d'Arcadia où les personnages principaux partent en quête de la Reine. C'est l'occasion pour Colin d'effectuer un superbe travail de tissage de mythes. Entre Jack l'Éventreur et Alice au Pays des Merveilles, Arcadia s'achève dans un vaste fourre-tout érudit et jubilatoire. Même si tous les fils du premier tome ne sont pas entièrement noués — le groupe des survivants parisiens est expédié en quelques lignes, dommage — la tapisserie est réussie.

     Arcadia est un roman de quête d'inspiration arthurienne mais c'est aussi un objet inclassable et précieux, à la frontière entre de nombreux genres. Là où l'excellent Délius : une chanson d'été de David Calvo, chez le même éditeur, était conçu comme une véritable suite symphonique, Arcadia ressemble plutôt à une galerie de tableaux, une suite d'instants arrêtés. Le roman se compose d'une succession de scènes fortes qui oscillent entre surnaturel, réalisme magique, fantasy et féerie, avec un brin de SF pour faire bon poids. Un métissage tout à fait bienvenu.

     Colin n'a que vingt-six ans mais il possède déjà un style, un univers personnel particulièrement riche et un vrai sens du dialogue — la marque des grands. Arcadia — dont les superbes couvertures sont de Florence Magnin — est décidément une excellente surprise, chez un éditeur qu'il faut surveiller de très près.

Jean-Claude DUNYACH (lui écrire)
Première parution : 1/9/1998
dans Galaxies 10
Mise en ligne le : 23/11/2008

 
Base mise à jour le 21 janvier 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.