Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

A perte de temps

John BRUNNER

Titre original : Times Without Number, 1962
Science Fiction  - Traduction de Bernard BLANC & Dominique BROTOT
Illustration de Jean-Pierre DUFFOUR
OPTA, coll. Galaxie-bis n° 106, dépôt légal : octobre 1984
192 pages, ISBN : 2-7201-0199-0

Couverture

    Quatrième de couverture    
     Quatre siècles s'étaient écoulés depuis que la Grande Armada avait défait la flotte anglaise et l'Empire espagnol tenait, bien en main, les rênes du pouvoir....
     Les gens de la Société temporelle étaient bien décidés à conserver les choses en l'état.
     Pourtant... des fonctionnaires corrompus usaient des voyages dans le temps comme d'une source de profit. Et, par une logique toute particulière ; les Indiens du Nouveau-Monde réclamaient soudain leur indépendance et des Amazones avaient crevé le mur du temps pour assassiner le Prince Impérial. Don Miguel Navarro, membre de la Société, fut soudain confronté à de bizarres convulsions historiques... ?

     John BRUNNER, un des géants de la science-fiction moderne, vous propose avec A PERTE DE TEMPS une uchronie parfaitement maîtrisée.


    Cité dans les listes thématiques des oeuvres suivantes :     
 
    Critiques    
     Un jeune « Licencié de la société du temps », c'est-à-dire un voyageur temporel appartenant quelque peu au clergé régulier, se trouve confronté successivement à un trafic d'objets d'art à travers les siècles, à l'irruption d'amazones dévastatrices issues d'un univers parallèle et au pillage des mines de Californie quelques siècles avant leur découverte officielle le tout dans un univers où l'Invincible Armada a écrasé la marine britannique. Ces trois aventures sont pratiquement indépendantes les unes des autres, selon la formule de la Patrouille du Temps d Anderson. Cela dit. elles s'organisent en crescendo Les dégâts sont à chaque fois plus importants, et le tout débouche sur un bouleversement total de l'histoire.
     II se passe assez de choses en 180 pages pour qu'on lise ce roman sans se poser de questions superflues et, ce qui est plus important, sans s'ennuyer. Cependant, comme l'Invincible Armada renvoie fatalement à Pavane de Keith Roberts, et comme le prière d'insérer parle d'une « uchronie parfaitement maîtrisée », on s'attend à quelque chose de magistral... c'est oublier que Brunner à côté de ses grands crus, produit de petits vins de pays qui n'ont pas d'autre ambition que de se laisser boire agréablement... C'est le cas ici, et l'on en est d'ailleurs prévenu à mots couverts dans les quelques lignes de présentation qui ouvrent le volume. On ne se demandera donc pas pourquoi Londres en 1988 ressemble encore à une capitale de la fin du XVIIIe siècle, ni comment la roue de l'histoire peut être ralentie sans que cela entraîne ou suppose des modifications profondes dans les mentalités, ni même pourquoi l'univers décrit a la consistance d'un décor de feuilleton télévisé. On se contentera de lire. Après tout, il y a trop peu d'uchronies sur le marché pour que l'on puisse faire la fine bouche, et même un tout petit Brunner est une lecture des plus agréables.

Éric VIAL (lui écrire)
Première parution : 1/12/1984
dans Fiction 357
Mise en ligne le : 4/6/2003


 
Base mise à jour le 7 janvier 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.