Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Fonds documentaire Choisir un autre habillage   
    Base de données    
    Base d'articles    
    Identification    
    Fonds documentaire    
 

La main gauche de la vie

Jean-Louis TRUDEL

nooSFere, 1999

          Dans Star Wars I : The Phantom Menace, George Lucas offre une explication plus ou moins matérialiste, sinon rationnelle, de la mystérieuse Force maîtrisée par les chevaliers Jedi. Ce faisant, comme un ami me l'a signalé, il commet la même erreur logique que René Descartes, lorsque ce dernier essayait d'éclaircir les rapports entre le corps et l'âme en faisant appel à la glande pinéale...

          George Lucas postule des corpuscules intermédiaires baptisés "midichlorians", qui seraient présents partout dans l'Univers, ou du moins dans toutes les formes de vie (ce n'est pas clair). La concentration de ces midichlorians - dont le nom évoque les mitochondries présentes dans toutes les cellules - détermine la puissance de la Force innée chez un apprenti Jedi. Elle est donc une qualité intrinsèque, ce qui ne va pas sans contredire un peu les films précédents où la discipline des chevaliers Jedi pouvait être enseignée, semble-t-il, à n'importe qui (même Han Solo) à condition d'avoir les dispositions requises. Comme elle est aussi une qualité congénitale, apparemment, cela ne va pas sans un soupçon d'élitisme familial, sinon racial...

          Pourtant, si on y pense, ces fameuses midichlorians ne font que repousser le problème. Au lieu de s'interroger sur le talent occulte qui permet aux chevaliers Jedi de se servir de la Force, on doit s'interroger sur le mécanisme tout aussi occulte qui permet aux minuscules midichlorians dans le sang d'exploiter ou de générer la Force !

          Or, Descartes avait essayé d'expliquer comment l'âme, qui est une faculté purement idéale, peut agir sur le corps, qui est pure matière dotée d'extension. (C'est presque le problème inverse!) Pour ce faire, Descartes avait posé qu'en un point du cerveau connu sous le nom de "glande pinéale", l'âme était en contact avec le corps. Au lieu d'expliquer comment l'âme commandait à tout le corps, il suffisait d'établir que l'âme communique avec la glande pinéale pour commander au corps. Mais comment l'âme communique-t-elle exactement avec la glande pinéale, qui est petite mais non infinitésimale ?

          Ainsi, l'explication n'apporte pas grand-chose de neuf. C'est le type même de la pseudo-rationalisation et Lucas aurait sans doute pu s'en passer. Nous n'en demandions pas tant...

          Cependant, gardons nous de conclure que des effets tangibles ne peuvent être le résultat d'une chaîne de causes. Prenons un cas différent, fourni par la recherche scientifique moderne, celui de l'asymétrie interne d'êtres vivants comme les humains. Un récent article du Scientific American (Juin 1999) dresse un bilan des investigations actuelles.

          Extérieurement, les humains apparaissent comme essentiellement symétriques. Toutefois, les organes internes témoignent d'une légère asymétrie: le cœur a la pointe dirigée vers la gauche, le poumon droit a un lobe de plus que le poumon de gauche, le gros intestin est enroulé de gauche à droite... Dans un cas sur 10 000 environ, un individu va naître avec l'anomalie appelée situs inversus où les orientations de tous ces organes sont renversées: le cœur pointe vers la droite, le poumon gauche a un lobe de plus... (Dans un texte de jeunesse, resté inédit, j'avais imaginé deux univers parallèles, le premier comme le nôtre et le second habité par une majorité d'humains aux organes inversés. Des maîtres occultes du continuum sauvait un individu sur le point d'être poignardé en plein cœur en lui substituait son jumeau de l'autre côté du miroir, de sorte que le poignard manquait le coeur en frappant trop à gauche...)

          Mais quelle est la cause de cette asymétrie fondamentale ? Les chercheurs en embryologie ont découvert qu'au stage embryonnaire, certaines protéines (aux noms souvent fantaisistes, genre Sonic Hedgehog, Pitx2, Nodal) sont produites de préférence d'un côté de l'embryon et influencent la croissance asymétrique des organes. Évidemment, ceci ne fait que repousser le problème: pourquoi les gènes responsables sont-ils actifs d'un seul côté de l'embryon ?

          Il semble que l'activité de ces gènes serait gouvernée en partie par la présence idoine d'acide rétinoïque, une forme de la vitamine A, d'un seul côté de l'embryon. Mais pourquoi trouverait-on la concentration optimale de ce facteur de régulation à gauche et non à droite, par exemple ? Encore une fois, on a repoussé le problème.

          Eh bien, des savants japonais ont observé que certaines cellules au centre du nouvel embryon sont dotées de cils qui balaient les fluides environnants dans une seule direction (celle contraire au sens de rotation des aiguilles d'une montre), ce qui pourrait expliquer l'accumulation d'acide rétinoïque et de protéines cruciales d'un côté plutôt que de l'autre.

          Pour l'instant, la science s'arrête là. Ces chercheurs ne savent pas pourquoi le mouvement des cils se fait toujours dans la même direction, même s'ils supposent que ce serait peut-être la conséquence de l'asymétrie des molécules à l'origine du mouvement, à l'intérieur de ces cellules motrices.

          Bref, les scientifiques s'en tiennent là. Mais un écrivain de science-fiction n'est pas obligé de s'arrêter en si bon chemin. Sautons à pieds joints dans l'inconnu... Afin d'aller jusqu'au bout de la route, imaginons un instant que ces molécules motrices soient dotées de chiralité, c'est-à-dire qu'elles soient composées de parties identiques capables d'avoir une orientation différente. La main est un exemple de chiralité (en grec, cheir signifie "main") : tous les éléments sont les mêmes, mais on ne peut pas mettre une main droite dans un gant gauche sans porter celui-ci à l'envers.

          Or, les acides aminés du code génétique sont dotés de chiralité et on sait depuis longtemps que tous les acides aminés des êtres vivants ont la même orientation spatiale (dite lévogyre par certains). Se pourrait-il que la chiralité des acides aminés détermine la forme des molécules agitant les cils cellulaires qui balaient les facteurs comme l'acide rétinoïque du côté de l'embryon où se développeront un coeur pointé à gauche, un poumon à deux lobes, etc. ? Cela vaut bien d'autres hypothèses de science-fiction !

          Mais nous venons encore de repousser le problème, je vous entends crier ! Et vous avez raison. Les expériences qui tentent de reproduire les conditions primordiales à la surface de la Terre souffrent d'un petit défaut : en général, elles produisent les formes lévogyres et dextrogyres des acides aminés en quantités égales. Pourquoi donc la vie aurait-elle adopté une seule forme d'acides aminés pour le code génétique ?

          Il y a trois réponses possibles.

          L'aveu d'ignorance: certains savants blâment tout simplement le hasard. Il fallait que la vie adopte une orientation donnée. Il y avait une chance sur deux pour qu'elle soit lévogyre et le sort a choisi celle-ci.

          L'hypothèse de dernière heure : le chercheur John R. Cronin de l'Arizona State University a déterminé que les météorites porteuses d'acides aminés d'origine spatiale abritent un léger excès d'acides aminés lévogyres (Scientific American, Juillet 1999). Les dés ont-ils été faussés dès le départ par un processus cosmique de nature pour l'instant inconnue lorsque ces météorites ont abouti sur la Terre primitive ?

          La solution de Carsac : dans la nouvelle "Genèse" de Francis Carsac (que vous trouverez dans l'excellente anthologie Genèses chez J'ai Lu), des extra-terrestres visitent la Terre, constatent qu'elle est dépourvue de vie et crachent de dépit dans l'océan. Alors, si cette salive extra-terrestre contenait un proto-ADN lévogyre, on s'attendrait à ce qu'elle ait engendré une biosphère reflétant cette origine.

          Mais ceci ne ferait bien sûr que repousser le problème...

          Voilà donc la faiblesse principale de l'explication de George Lucas, à mon avis. Lorsqu'on se met à repousser le problème, on ne sait jamais jusqu'où on ira ainsi. Une réponse est convaincante quand elle fournit une solution complète ou quand on peut enchaîner les causes en remontant plus loin que le premier maillon de la chaîne. Mais un maillon solitaire apparaîtra souvent comme un lapin sorti d'un chapeau.

          La Force aurait peut-être gagné à rester mystérieuse…

Cet article est référencé sur le site dans les sections suivantes :
Articles, catégorie Cinéma
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.