Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Fonds documentaire Choisir un autre habillage   
    Base de données    
    Base d'articles    
    Identification    
    Fonds documentaire    
 

Le prix Kurd Laßwitz

Traduction de Thierry Schmidlin
Liste des prix : voir page 2

Udo KLOTZ

nooSFere, octobre 2000

          Avant son interdiction par les Nazis, l'édition du roman Auf zwei Planeten (Sur deux planètes) de Kurd Laßwitz avait atteint les 70.000 exemplaires. Exactement cinquante années plus tard, on assistait à l'explosion de la littérature de Science Fiction, dans le sillage des succès cinématographiques de Starwars et de Rencontres du troisième type. Cette explosion eut lieu en premier lieu aux Etats-Unis, suivis de prêt par l'Allemagne, mais la science-fiction allemande était menacée de naufrage sur son propre marché dans le sillage omniprésent des Romans et Nouvelles en provenance de Grande-Bretagne et des Etats-Unis.

 

          Sur deux Planètes n'avait aucune chance contre une idéologie bornée et sans scrupules et ses censeurs, la SF allemande de la fin des années 70 combattait les lois du marché et les préjugés des lecteurs. Même aujourd'hui, vingt années plus tard, les auteurs de SF allemande traînent toujours la réputation de produire des textes « prétentieux » ou « des histoires nombrilistes et ennuyeuses » en lieu et place des divertissements captivants attendus par les lecteurs. De l'action, un traitement précis, des caractères hauts en couleurs, des héros crédibles et le plaisir du lecteur sont associés par le lecteur allemand aux auteurs américains. Ceci a certainement ici aussi déteint du cinéma sur la littérature, mais on trouvera également assez de romans de langue allemande qui confortent ces préjugés.

 

          Pourtant, d'un autre côté existent également des œuvres innovantes et marquantes, d'une grande qualité, issues d'auteurs de SF de langue allemande, qui divertissent pleinement et méritent un large public. La question est  : « comment mettre en évidence ces romans et récits, de manière à ce que le client les trouve avant d'être découragé par des achats inadéquats  ? ».

 

          Une réponse à cette question fut trouvée en 1980 par un auteur, Uwe Anton, un éditeur, Werner Fuchs et un fan de SF engagé, Hans-Ulrich Böttcher, qui ont créé le prix Kurd Laßwitz dans l'espoir que des œuvres primées bénéficient d'un plus large intérêt de la part des lecteurs et acheteurs.

 

          Furent choisis comme modèles les deux principaux prix de SF américains, le prix Hugo Gernsback (abrégé Hugo) et le prix Nebula. Comme pour le prix Hugo, on rechercha un nom prestigieux ayant fortement contribué à la l'essor de la Science Fiction et c'est ainsi que le choix des fondateurs se fixa rapidement sur Kurd Laßwitz. Le type de prix s'orienta sur le prix Nebula. Les fondateurs ne voulaient pas d'un prix décerné par un vote des lecteurs comme pour le prix Hugo, dans lequel se profile le danger de primer le roman le plus lu, mais sur un prix décerné par un jury. Comme pour le Nebula, il fut décidé de laisser participer au vote tous les acteurs professionnels majeurs du monde de la SF. Leur expérience professionnelle devrait permettre d'identifier chaque année les œuvres majeures parues l'année précédente et leur distinction par l'attribution du prix Kurd Laßwitz devrait leur assurer une publicité méritée.

 

          On débuta avec six catégories. En parallèle avec la classification standard américaine en Roman, Récits et Nouvelles furent introduites les catégories dédiées aux traducteurs et aux illustrateurs, car ces acteurs sont rarement mis en exergue alors que leur prestation est essentielle pour à la réussite d'un ouvrage. La catégorie prix spécial est quant à elle destinée à fournir le forum nécessaire à la distinction de prestations exceptionnelles dans le domaine de la SF sans pour autant être lié à une œuvre particulière.

 

          L'agent littéraire Uwe Luserke prit en charge la partie organisation et conduisit avec succès le prix Laßwitz à travers les années quatre-vingt, alors que le grand boum se ralentissait et que disparaissaient massivement les séries de livres de poches et des romans publiés sous formes de fascicules, période qui vit aussi l'émergence du cyberpunk et des jeux de rôles qui définirent de nouvelles orientations. En 1991, j'ai repris ce poste « d'administrateur » et depuis ce temps, l'organisation du prix passe par ma table de travail.

 

          Afin de rester en phase avec les modifications continuelles du marché et du paysage médiatique, j'ai également essayé de maintenir le prix Laßwitz flexible. Et le prix s'est modifié et adapté de manière permanente. C'est ainsi que fut introduite en 1983 la catégorie « meilleur roman étranger » afin que le prix fut aussi mentionné dans la presse spécialisée d'outre atlantique. 1987 a été marqué par la création des catégories consacrées aux médias Films et Jeu audio, ici aussi afin de développer la couverture médiatique et publicitaire. 1997 fut marquée par la réduction du nombre de catégories à 7. La distinction américaine entre récit et nouvelle n'existant pas ici, ces deux catégories ont été fusionnées. La catégorie Film a survécue de manière indirecte, car malgré l'apparition du câble et des magnétoscopes, le nombre de films de SF allemands accessibles au plus grand nombre s'est considérablement réduit. Les prestations exceptionnelles dans le domaine cinématographique ou télévisuel sont maintenant éligibles au prix spécial.

 

          La catégorie « Jeux audio » a souffert également de son manque de diffusion auprès du public de part la difficulté de s'en procurer de manière simple. Ceci a conduit en 1993 le spécialiste des jeux audio Horst Tröster à créer pour le prix un cercle particulier de connaisseurs de ce media, composé actuellement de 14 membres à qui est fourni sur cassette l'ensemble des Jeux audio nominés afin de leur permettre de décerner le prix dans de bonnes conditions.

 

          Le processus de nomination fut également l'objet d'une modification au milieu des années 90. A l'heure actuelle, toute personne autorisée au vote peut soumettre ses propositions de nomination tout au long de l'année en les communiquants à l'administrateur. Toutes les nominations qui remplissent les critères du prix (appartenance au genre science-fiction, première édition lors de l'année soumise au vote, d'un auteur apparenté à la sphère linguistique allemande et en particulier dont l'édition originale s'est effectuée en allemand, largement disponible ou diffusé) sont reportées sur la liste des nominés qui est transmise à plus de deux cent personnes habilitées au vote.

 

          Toutes ces mesures ainsi que l'actualisation constante des coordonnées des personnes habilitées au vote ont amené à une augmentation de plus de 30% du nombre de votants au prix Kurd Laßwitz et amener ainsi des résultats triples de ceux obtenus par le prix Nebula pris en référence. Ceci amène à considérer ce prix comme une expression très représentative de la scène professionnelle de la SF d'expression germanique.

 

          Quels effets ont été induits jusqu'ici par le prix ? Que le label « prix Kurd Laßwitz du meilleur roman de l'année CCXY » ait pu procurer à un ouvrage un avantage concurrentiel en termes de ventes ne peut être considéré comme une certitude, aucun sondage ni étude de marché n'ayant jamais confirmé ce fait. De plus, le prix manque de sponsors car l'acceptation d'un éditeur comme sponsor créerait immédiatement un climat de défiance (injustifié) vis-à-vis de possibles pressions et l'ensemble des éditeurs de SF n'a pas encore trouvé de terrain d'entente dans l'optique d'une action commune. De ce fait, le prix ne peut offrir à ses récipiendaires un confort matériel immédiat.

 

          Examinons la valeur intrinsèque du prix. Comme celui-ci est attribué « de professionnels à professionnels » et que ceux-ci se fixent un objectif de qualité élevé (il arrive régulièrement que dans l'une ou l'autre des catégories il ne soit pas attribué de prix car aucune des œuvres nominées ne soit jugée d'un niveau suffisant), la valeur intrinsèque et la reconnaissance qu'apporte l'obtention du prix Kurd Laßwitz est fortement ressentie par les récipiendaires et les acteurs professionnels du monde de la SF. Dans les organismes de radiodiffusion, le prix attribué dans la catégorie Jeux Audio a acquis une grande notoriété qui s'est étendue jusqu'aux étages directoriaux, la seule faiblesse du prix réside dans sa trop faible notoriété auprès du grand public.

 

          Il en est tout autrement parmi la communauté de lecteurs, fan de SF, très étendue sur tout le territoire. Eux connaissent le prix Kurd Laßwitz à travers la presse spécialisée SF et également à travers les cérémonies de remise des prix aux récipiendaires qui s'effectuent généralement lors de Conventions de grande envergure spécialement dédiées à la SF. Depuis plusieurs années, cet événement a lieu lors des « journées de la Science Fiction de la région Nordrhein-Westphalie », qui en 1999 ont hébergé également la manifestation « EuroCon », la Convention européenne de science-fiction. De cette manière, les récipiendaires peuvent bénéficier pour étrenner leur prix, distribué sous la forme d'un certificat, d'un large public à défaut d'espèces sonnantes et trébuchantes.

 

          Qui sont les récipiendaires ? Après 17 ans, la liste des primés du prix Kurd Laßwitz se lit comme un « who's Who de la littérature de science-fiction d'expression germanique ». Même si certains noms d'auteurs, de traducteurs ou d'illustrateurs ne sont connus que de connaisseurs du genre, on trouve également des auteurs ou metteurs en scène connus également en dehors du cercle de la SF comme Carl Amery, Michael Ende, Rainer Erler, Peter Fleischmann, Gisbert Haefs, Gudrun Pausewang ou Wim Wenders.

 

          Le prix spécial a été attribué à des auteurs et éditeurs d'œuvres originales, de magazines, à des artistes pour l'ensemble de leurs œuvres ou également à des organisateurs de manifestations dédiées à la SF. Certains poids lourds de la SF ont par ailleurs trusté le prix à plusieurs reprises en tant qu'auteur ou directeur de collection, tels Hans Joachim Alpers et Ronald M. Hahn qui l'ont obtenu à six reprises ou en tant que traducteur tel Horst Pukallus qui l'a obtenu cinq fois, Carl Amery et Thomas Ziegler à quatre reprises en tant qu'auteurs de romans et de nouvelles, Iain Banks à quatre reprises comme meilleur auteur de roman étranger et finalement Dieter Rottermund et Helmut Wenske à quatre reprises chacun pour leurs illustrations. Mais le record toutes catégories confondues est détenu sans conteste par Wolfgang Jeschke avec dix prix en tant qu'auteur de roman, de nouvelles et de jeux audios ainsi que pour ses fonctions d'éditeur, directeur de collection et chantre de la science fiction d'expression germanique.

 

          On peut naturellement se servir de la liste des récipiendaires du prix comme guide d'achat lors d'une prochaine visite dans une librairie, mais il ne s'agit pas d'une liste de Best-sellers. Par contre, la liste recèle des secrets d'initiés, c'est à dire des livres peu connus du grand public malgré leur indéniable qualité. Ceci est certainement un argument en faveur de la procédure de sélection par jury qui est à même de dénicher de telles perles, mais s'oppose aux idéaux des fondateurs qui appréhendaient le prix comme un levier publicitaire. Le budget et, en arrière plan, le sponsoring font malheureusement encore défaut pour l'organisation de grandes campagnes publicitaires, mais le bandeau « couronné par le prix Kurd Laßwitz » est un gage indéniable de qualité. Qu'on se le dise  !

 

          Udo Klotz
          responsable du prix Kurd Laßwitz
          Buchendorfer Straße 24, 82061 Neuried

 

          Notice biographique sur Kurd Laßwitz.

 

          Kurd Laßwitz était un biologiste et philosophe s'intéressant à l'astronomie, né en 1848 à Breslau, enseignant les mathématiques et la physique dans le secondaire, également auteur de certain livres techniques et de nombreux romans et nouvelles dans le domaine de l'utopie et de la fiction. Il y a exactement 100 ans paraissait son ouvrage Sur deux planètes qui fut traduit dans plusieurs langues et qui atteignit en 1930 le tirage de 70000 exemplaires avant d'être interdit par les Nazis car « trop démocratique ». Kurd Laßwitz y décrit la visite d'extraterrestres paisibles et de haute tenue morale venus de Mars, qui veulent créer sur terre une société de non-violence et de progrès éthique. Ces visiteurs seront malheureusement corrompus par l'influence néfaste des humains. Une nouvelle édition augmentée de nombreuses annexes et d'informations relatives au Prix Kurd Laßwitz est parue en octobre 1998 aux éditions Heyne. Kurd Laßwitz qui faisait partie à son époque du cercle des écrivains de SF les plus lus en Allemagne est mort en 1910 à Gotha.
Aller page 2
Cet article est référencé sur le site dans les sections suivantes :
Articles, catégorie Allemagne
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.